AILES ANCIENNES TOULOUSE Site Internet Visites Cockpit Week-end aux Ailes Fonds de Dotation Base Guides
Bandeau général
>> Vous êtes sur la page : Le Site Internet / Notre Collection. Langues disponibles : English Deutsch Francais
Bandeau général
NOTRE COLLECTION
BREGUET 765 Sahara

Histoire

Les études du « Deux Ponts » ont démarré dès 1936, en se basant sur l'aile et les empennages du Breguet 730, mariés à un nouveau fuselage et portés par un train classique caréné.

Ces études se poursuivirent pendant la guerre et furent ressorties en 1946, pour répondre à une fiche programme pour un transport mixte (passagers et marchandises) capable de franchir 2 000 km.

Le Breguet 761 fit son premier vol le 15 février 1949 à Villacoublay. Il fut suivi de 3 Breguet 761 S de présérie, dont les moteurs étaient des Pratt & Withney R-2800, au lieu des Gnome Rhône 14 R du prototype. Ils servirent à différents essais puis passèrent dans l’Armée de l'air.

Puis vint le Br.763 « Provence », plus lourd, destiné à Air France. La compagnie dut se faire tirer l'oreille pour les prendre en compte, puis ne cessa plus de chanter leurs louanges par la suite.

Les 12 Br.763 servirent dans la compagnie nationale de 1953 à 1971, d'abord pour le transport de passagers, principalement sur la ligne Paris-Alger. À partir de 1964, 6 furent cédés à l’Armée de l'air pour le transport dans le Pacifique et les autres furent transformés en avions cargo.

La dernière version fut le Br.765, étudié à la demande de l’Armée de l'air, fort intéressée par les essais de charges lourdes menés par les 761 S. Il était dérivé du 763, avec un aménagement de fuselage différent : plancher arrière amovible ou servant de rampe pour le pont supérieur, treuil, possibilité de parachutage d'hommes et de matériel lourd. Il fit son premier vol le 6 juillet 1958.

Les besoins de l’Armée de l'air étaient de 27 avions. Elle en reçut finalement....4 et dut « faire avec » les 761 S et les 763 ex-Air France. Les « Deux Ponts » furent basés au Bourget puis à Évreux jusqu'en 1969, date de leur remplacement par le Transall.

Il est à noter que le « Deux Ponts » fut un avion très sûr, car au cours de sa carrière, il n'eut que deux accidents graves (atterrissages sur le ventre) qui ne provoquèrent aucune victime.

Ce fut le dernier gros quadrimoteur français.

Caractéristiques

Notre appareil

Notre « Brigitte », surnom du n° 504 est venue de la base d'Évreux, démonté, par la route en 1987. Depuis nous l'avons remonté et il est de nouveau sur son train d'atterrissage.

Le récit de la récupération est disponible en ligne : http://www.calameo.com/read/00005696120f715bd48ac

En 1987 sur la base d'Évreux.

La Restauration

S'il existe dans notre collection, une restauration emblématique par la durée et les difficultés que nous rencontrons, c'est bien celle du « Deux Ponts ». Démonté et ramené à Toulouse pendant deux ans, il a depuis été remonté en partie. Mais la corrosion est telle que la restauration des ailes est un vrai chemin de croix pour son équipe, obligée de reconstruire des panneaux entiers de voilure.

Quant à la case de train droite restaurée dans les années 90, elle est de nouveau attaquée par la corrosion.

La preuve vivante du besoin de mettre ces avions à l'abri.

Le démontage à Évreux.

2000 - En partie démonté pour restauration.

2002 - Restauration de la case de train.

2006 - Reconstruction des panneaux de voilures.

2008 - Le fuselage.

2008 - Restauration des ailes.

Site de l'Association des Ailes Anciennes Toulouse. Les photos de ce site appartiennent à des membres de l'Association et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Ailes Anciennes Toulouse, 4 rue Roger Béteille, 31700 BLAGNAC, Tel : 05.62.13.78.10, www.aatlse.org, contact@aatlse.org